UX design

Les 5 principes issus de la psychologie qui peuvent vous aider en conception

Outre la maîtrise des différentes méthodes de Conception Centrée Utilisateur, la connaissance de l’être humain, de ses comportements et de sa cognition est une compétence importante des UX designer. A ce titre, les résultats d’études et de recherches menées dans le domaine de la psychologie représentent une base précieuse dans la conception d’outils intuitifs et efficients.

Un très bon article d’UX Booth (en anglais, disponible ici) en recense quelques-uns :


1 L’effet d’isolation appelé effet Von Restorff

Effet prédisant qu’une personne retient plus facilement un item qui se distingue au milieu d’autres éléments qui se ressemblent. Il semblerait que l’isolement d’un item sur un fond encombré ou homogène facilite l’apprentissage et la mémorisation de cet item isolé.

Par exemple :

Un point rose au milieu d'un groupe de points gris, démontrant que l'on retient plus facilement celui qui a une caractéristique différente
Illustration simple de l’effet Von Restorf

Ceci peut s’expliquer par le fait que l’œil et le cerveau sont constamment à l’affût d’interruptions, que ce soit des couleurs qui se démarquent, des formes inhabituelles, un déroulement de l’action complètement inattendu (dans une vidéo par exemple), des photos à l’envers, etc.

C’est la raison pour laquelle il est conseillé de mettre le bouton correspondant à l’action principale attendue (CTA : Call to Action) d’une couleur différente des autres boutons.

Voici l’exemple d’une étude d’eye-tracking présentée par Jochen Thomas dans un de ses articles

Capture d'écran d'un site dont le bouton d'action ne ressort pas
Allure du site initial

La carte de chaleur montre que le regard est principalement attiré par la photo
Carte de chaleur obtenue avec un système d’eye-tracking

Dans ce cas, le regard est énormément attiré vers la photo car la couleur du camion se démarque du reste du site. Dans un second temps, l’utilisateur regarde plutôt le début du texte et les logos dont la couleur ressort. Mais finalement le regard ne se porte que très peu sur le bouton d’action.

Une nouvelle version de la page propose une modification de la couleur du camion, plus en harmonie avec le reste de la page, une modification de la couleur du logo, et de la couleur du CTA. Voici le résultat :

Capture d'écran de la nouvelle version du site dans lequel la bouton d'action est mieux mis en avant
Allure de la nouvelle version du site

Mise en évidence de l'attirance du regard pour le nouveau bouton par une carte de chaleur
Carte de chaleur obtenue avec le système d’eye-tracking

Mission accomplie ! L’œil de l’utilisateur est naturellement attiré vers le bouton d’action, rendant alors l’interface plus intuitive.


L’effet de la position en série

Il s’agit d’une tendance de l’humain à retenir plus facilement les premiers et les derniers items d’une liste.

Il peut s’expliquer par le fait que les premiers éléments sont stockés dans la mémoire à long terme. La personne a, en effet, eu le temps de répéter mentalement chaque mot, favorisant le stockage dans la mémoire à long terme (c’est ce qu’on appelle l’effet de la primauté). Les derniers sont plutôt stockés dans la mémoire à court terme dont on dit que la capacité de stockage est de 5 à 7 items.Ce stockage à court terme appelé effet de récence.

C’est pourquoi, il est conseillé de placer les deux actions principales dans une barre de navigation au début et à la fin d’une liste, pour ainsi faire apparaître les items les moins importants au centre.


La charge cognitive

La charge cognitive est l’effort mental nécessaire pour réaliser une ou plusieurs tâches. Elle peut être séparée en 3 types de charge différents :

  • La charge intrinsèque
  • La charge extrinsèque
  • La charge essentielle

La charge intrinsèque est la charge liée à la tâche en elle-même, aux informations disponibles de l’environnement. Elle fait référence au contenu et non à la forme. Elle représente l’effort d’absorber de nouvelles informations tout en gardant en tête le but de la tâche. Elle ne peut être allégée qu’en supprimant des éléments de la tâche, ou en gagnant en expertise.

La  charge extrinsèque est liée à la façon dont est présentée l’information. Il s’agit du processus qu’occupe les ressources mentales pour comprendre le contenu.

La charge essentielle est la charge liée à l’intégration des connaissances dans la mémoire à long terme sous forme de schémas mentaux. Ces schémas décrivent un motif de pensées qui organise et catégorise les informations et toutes les relations entre les informations. Cette charge essentielle est particulièrement active au cours de l’apprentissage.

A noter que la motivation est également impactante dans l’apprentissage ou la prise en main d’un outil. Si une personne ne souhaite pas acquérir de nouveau schéma cognitif, tout élément utilisé pour réduire la charge cognitive extrinsèque ne servira à rien.

La charge cognitive est la raison pour laquelle il existe  la Microcopy, ces petits morceaux de textes qui guident l’utilisateur tout au long de son expérience :

  • Les labels des boutons
  • Les messages d’erreurs
  • Les indications

Ceci est particulièrement vrai dans le domaine du mobile, où le contexte d’utilisation veut que les utilisateurs soient peu concentrés. Les textes et les mots utilisés doivent donc être courts, simples et adaptés à leur cible (un ton adapté à une population jeune par exemple) pour que l’utilisateur comprenne facilement les instructions. Google le précise d’ailleurs dans ses guidelines de Material Design :

Extrait des guidelines Material Design à propos des textes, indiquant la nécéssité d'être concis
Extrait des guidelines Material Design à propos des textes

La loi de Hick

La loi de Hick est l’un des principes psychologiques les plus connus, avec les lois de Gestalt et la loi de Fitt. Cette loi de Hick décrit très simplement que le temps de décision (et donc de conversion d’un point de vue marketing) dépend du nombre de choix disponibles.

Un des exemples d’application à l’expérience utilisateur sont les listes :

   Liste longue = décision difficile Moins d'articles apparent rend la décision un peu plus rapide  Une liste courte est le meilleur moyen d'optimiser le temps de décision

Liste longue :

difficile de faire un choix

Moins de choix apparents :

demande plus de charge cognitive liée à la mémorisation mais rend le choix un peu plus facile

Liste courte :

choix le plus facile à faire


La loi de Proximité

Une des lois parmi celles de la Gestalt qui statue le fait que des objets placés proches les uns des autres sont souvent regroupés ensemble. Ceci est dû au fait que les humains ont une tendance naturelle à organiser et grouper les choses pour les simplifier. Ainsi dans l’image ci-dessous, on a plutôt tendance à voir 3 colonnes qu’un groupe de points :

Des points sont organisés en colonnes pour démontrer que l'on voit en premier lieu les colonnes
Illustration simple de la loi de proximité

En tant que concepteur, il faut donc prêter attention à ce que l’on regroupe ensemble du contenu similaire, puisque les utilisateurs vont avoir naturellement tendance à penser qu’ils sont associés entre eux. Par exemple : « No falling ? Parking coconut ? »

No Parking etFalling coconuts écrit l'un dessous de l'autre. Les mots sont tellement espacés que l'on comprend : "No falling, parking coconuts"
Illustration du principe de proximité – Source : Pinterest

Concepteurs en herbe : à vos crayons !!!

Gamin qui vient de rater des tests chimiques
Photo : Bigstock®- dailyalchemy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas visible.Champs obligatoires *